Un soir, au théâtre

Posted on 19 septembre 2009 par

1


Il a fallu que j’y aille, vendredi soir, même si un coup de téléphone m’avait retenu une heure, même si personne ne voulut m’accompagner, il a fallu que j’y aille : on ne sait jamais bien pourquoi ces choses semblent importantes (et il se peut qu’elles ne le soient pas) mais quelque chose nous pousse, on prend la voiture pour rentrer à la nuit, on arrive à la place Daumesnil et sa fontaine au lions.

atout livre 4

Une place se libère, on se gare, il est huit heure moins le quart tant pis, on entre, c’est déjà commencé…

atout livre 3

Une pièce de théâtre dans une librairie, c’est un peu comme si on allait y trouver un chanteur (on recommanderait bien Allain Leprest…), ou un pianiste… Oui, ça a été fait, certes… Les deux comédiens sont sur scène, éclairés d’une lumière du jour, les spectateurs (« c’est blindé »…) écoutent et rient, tout autour d’eux, des livres, des étagères, des livres comme s’ils dormaient…

atout libvre 2

Les deux comédiens se chamaillent, ils s’étripent, ils se tueraient peut-être si nous n’étions là, à les écouter, à comprendre que oui, « Pour un oui, pour un non » nous aussi, nous serions prêts à nous battre et que parfois, oui, parfois, ce serait nécessaire (là, j’ai pensé à la « pause » marquée par le site Zazieweb et je me suis dit que ça n’était pas normal, non, que ça ne devrait pas arriver). J’ai écouté ce texte de Nathalie Sarraute (sec, cassant, terriblement proche de ce que nous sommes)

atout livre 1

j’ai pensé aux bruits et aux mots que j’entends, ces jours-ci, cette « crise », cette « grippe », j’ai repensé à l’automne, aux suicides de Guyancourt, de ceux des prisons, et de ceux de France Télécom, et le spectacle s’est terminé… Ils sont sortis, on a applaudi les comédiens (Philippe Catoire et Serge Crakowski, si présents, ennemis ou tendres) : dans une librairie (Atout Livre, au 203 bis de l’avenue Daumesnil), du théâtre, oui, et pourquoi pas, après tout ?

Photos-0010

Publicités