Qui sommes-nous ?

Un projet et un site Internet

mélico [www.melico.org] est un programme d’études et de recherches en ligne sur le commerce du livre, la librairie et son histoire, lancé en 2008 par Hélène Clemente pour le syndicat de la librairie Française, Pierre Cohen-Hadria, sociologue indépendant pour le département d’anthropologie sonore et un réseau indépendant de chercheurs sous la direction de Frédérique Leblanc pour le département de la Recherche.

040609-11

Le blog

pendantleweekend accueille les carnets de notes des gens de mélico, qu’ils soient permanents ou résidents, invités ou intrus. Les écritures ici mélées posent les chantiers futurs de mélico.

Publicités
2 Responses “Qui sommes-nous ?” →

  1. cohen hadria

    15 septembre 2009

    Je trouve que ces narrations de « gens comme les autres », justement pas comme les autres, ces narrations de singularité anonymes, donc sont un futur trésor ou thesaurus pour les chercheurs de demain qui se demanderont comment était notre quotidienneté et notre présent toujours mutable et imprévisible, y compris collectivement/subjectivement.

    C’est cette fonction que j’apprécie de la sociologie, pour avoir été employée magasinier au Département Sociologie de la Bibliothèque de la Sorbonne, de 2002 à 2004.

    Mais je me demande aussi si nous sommes bien équipés face à cette toile infinie et quasiment incontrôlable, équipés d’un réel outil d’archivage palpable et concret.

    car si tout reste virtuel et sous ces formes de feuilletage numérique, je crains que tout cela ne désorganise nos mémoires, mémorisations et finalement facultés de jugement.

    Aussi devrions-nous concevoir des outils « anti-dispersion du savoir »
    y compris celui individuel, vernaculaire, original (sans être pour autant celui d’un génie du siècle…)
    les archive de l’anonyme, relatant sa liberté d’action et toutes ses narrations devraient pouvoir être consultables.

    mais comment gérer la profusion virtuelle qui risque d’annuler le point de vue du Sujet et les points de vue tout court ?

    Ceci cette multiplicité annihile une mentalité issue de la Perspective Renaissante mais n’offre pas d’outil apte à la remplacer, par exemple apte à gérer les arborescences venues de toute parts.
    Et cette absence ce cohésion et de ralliement, gênant la réflexion même n’augure pas, à mon sen, de potentielles actions et interventions en provenance de la (des) sociétés civiles, nationales et transnationales.

    Réponse
    • Sans doute que l’énormité de la tache d’indexation et d’archivage peut donner envie de baisser les bras. Mais enfin gardons nous d’immobilisme, et comme il faut bien commencer quelque part… (merci du commentaire)
      PCH

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :